Les Prix Littéraires. Maman, je suis finaliste.

            Les Prix Littéraires. Maman, je suis finaliste.

I-MICRO-RELATS-GODELLA-WEB     Manuel de Français était, comme d’habitude, dans son studio. Comme le vieux colonel de García Márquez, il pense qu’il n’y a pas de lettre pour lui. Il ouvre le courriel cybernétique.  Tiens ! Deux messages de la mairie ! Rien de bon n’arrive jamais de la mairie ! Mais il faut ouvrir le courriel, quand même. Saperlipopette ! Ce n’est pas mauvais. Manuel de Français ne peut pas croire ses yeux : SU MICRORRELATO HA SIDO SELECCIONADO ENTRE LOS FINALISTAS. Pour les francophones, je traduirai : « Votre micro-récit a été élu parmi les finalistes ». Si bref et si ouvert à l’espoir. Parmi les finalistes, l’on choisit le gagnant n’est-ce pas ? En plus : Comme Manuel de Français avait envoyé deux récits micro ; tous les deux étaient-ils choisis, ou seulement un, mais on le lui annonçait deux fois ?


     Le lendemain, on l’appelle au téléphone portable. Une dame prétendant être la responsable de la bibliothèque municipale de Godella, lui annonce que le récit qu’il avait envoyé, a été élu comme finaliste et par conséquent il sera publié dans un petit livre parmi les cinquante premiers. Mais notre homme est curieux, il veut savoir. Il demande à la femme au téléphone ; « Madame, est-ce que l’on a choisi déjà le gagnant ? » La femme très poliment lui répond : « Ah monsieur, ne vous dérangez pas pour cela. On a déjà élu un gagnant et un gagnant du terroir. Mais on va vous publier, mes félicitations. ¿Est-ce qu’on peut compter sur vous pour la cérémonie de livraisons de diplômes et de livres ?

LA-CASA-DE-SETEMBRE-3-WEB« Super ! », réfléchis notre homme. On va publier notre récit ; il ne sait pas encore si un ou deux, mais « ne vous dérangez pas, le gagnant est déjà élu ». Il se répète : le gagnant est déjà élu, mais ce n’est pas vous, ne vous dérangez pas. C’est pervers, mais soyons positifs, réfléchit notre homme ; on va vous publier.

Selon un calendrier établi, le 30 avril l’on publie la liste des gagnants, les 5 accessits et d’autres 43 qui seront publiés. Notre homme est l’un des « autres », comme dans le film d’Amenábar.

On a dit déjà que notre homme est curieux ? Oui ? Alors, il fait des recherches. La gagneuse est C.B. Qui est C.B ? Mon dieu, C.B a publié maints livres. C’est comme si Alberto Contador participait  à une course d’amateurs de la région ? Les connaissances de notre homme disent que ce n’est pas juste. Bon, pourquoi pas, répond notre homme. Tout le monde a le droit. Selon les conditions du concours : Les candidats étant âgés de plus de 16 ans, écrivant en espagnol ou valencien…

LA-CASA-DE-SETEMBRE-1-WEBAlors C.B (Carmen Botello), Santa Cruz de Tenerife 1956, satisfait toutes ces exigences. Mais ce qui paraît bizarre : Le prix n’était que 200 Euros. Seulement 200 Euros. Et, elle, une autrice « consacrée » (1) s’y est présentée. La question que l’on extrait est la question éternelle : ¿Qui peut bien vivre de la littérature, de sa plume, en Espagne ? Pérez Reverte, Javier Marías, Albert Espinosa, Antonio Gala… Laura Gallego (à cause des lectures obligatoires dans les écoles).

Connaissez-vous d’autres ?

(1) C’est une façon de parler

 

Manuel Salvador

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *


*

Puedes usar las siguientes etiquetas y atributos HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>